DIVERS, le 14 février 2013 | 9 commentaires

Alaska In Winter : Man vs Machine

Alaska in Winter
 
S’isoler, quelque chose comme six mois, dans une cabane non pas au Canada mais au fin fond de l’Alaska, avec pour seul compagnon un ordinateur, c’est le défi complètement fou et plutôt pas banal que s’est lancé Brandon Bethancourt, il y a presque une dizaine d’années. Cette expérience d’exil volontaire dans des contrées aux apparences inhospitalières et glaciales lui a permis d’accoucher d’un projet dont l’incroyable flamme rivalise de grâce et de beauté, Alaska In Winter.

Ancien étudiant en "Arts Électroniques", Brandon est un artiste aux facettes multiples, il fait partie de ceux qui taquinent la matière grise, toujours désireuse de mettre tout le monde dans des cases. De l’Alaska, à Santa Fe au Nouveau Mexique, en passant par la vibrante Berlin, Brandon est un traveller créatif : ses expériences ne cessent de le nourrir, l’altérer aussi, et continuent de l’inspirer "je suis animé par les lieux que j’ai fréquentés, mes voyages mais aussi par la souffrance qui en découle…". Se mesurer aux machines, "parce qu’elles flirtent avec un degrés de perfection que les hommes ne pourront jamais atteindre" pourrait s’apparenter à une provocation surréaliste, mais bien au contraire : les machines lui donnent une impulsion, tout comme l’Art, de manière générale, "l’Art, sous toutes ses formes, est important pour moi, il me rappelle qu’il y a de la beauté dans ce monde", souligne Brandon. Nul ne pourrait désapprouver sa spontanéité, dévoilant ses blessures, humaines, trop humaines, peut-être, si l’on se souvient du titre de l’une des oeuvres de Nietzsche, à qui Brandon fait visiblement référence dans la nihiliste You Will Be Alone – "And if you find God is dead, you will be alone…". C’est dans un voyage perpétuel et évoluant avec leur démiurge que les chansons de Brandon nous transportent, album après album, EP après LP. Keep Your Boots Clean a marqué ma première rencontre avec Alaska In Winter et au delà de sa tristesse, cette chanson est saisissante, je la prends comme un témoignage. Une inébranlable mélancolie, à la limite de l’insoutenable, ressort des notes et de la douceur des voix de Horsey Horse, les sonorités de Crystal Tears, bien plus électroniques, nous assènent de leur puissance mélodique hyper motivante, tandis que The Coldest Day In The World, malgré son titre frisquet, nous plonge dans un univers aux teintes presque féeriques et optimistes. C’est avec beaucoup d’impatience que nous attendons de découvrir "Choose Life", album sur lequel Brandon travaille depuis plus de cinq ans et qui n’est pas sans rappeler l’une des répliques d’un célèbre film britannique.

Monsieur Bethancourt possède cette capacité à nous faire passer par toutes les émotions, des plus exquises aux plus déchirantes et c’est, à mes yeux, la signature d’un très grand artiste. "La vie ne vaut pas la peine d’être vécue sans beauté", conclut Brandon. Merci à toi de participer activement à la propagation de cette beauté.
 
La page Facebook d’Alaska In Winter
Le Bandcamp
Le Soundcloud
 
 
Leaving society half a year, sheltered in a tiny cabbin in the middle of nowhere in Alaska, a laptop as a friend: this is the crazy and uncommon challenge Brandon Bethancourt has issued himself, almost ten years ago. His volontary exile in such an ice cold and inhospitable environnement gave rise to Alaska In Winter, a project whose flame definitely vie with grace and beauty.

As a former Electronic Arts student, Brandon has several strings to his bow: thus, it’s quite difficult to put a label on him. From Alaska to Sante Fe in New Mexico through the vibrant Berlin, Brandon embodies a kind of creative traveller: his experiences are shaping him, changing him, and they are continuing to nurture his inspirations "I’m inspired by what I’ve experienced and seen in life, the things I’ve learned, the places I’ve travelled to, and the pain that comes with it all", underlines Brandon. A love / hate relationship with machines "(that) seem to be able to obtain a perfection that humans could never reach" could appear as a surreal provocation, but machines seem to provide Brandon with a kind of positive impetus, as Art, in general "Art (in any form) is important in my life because it reminds me that there is beauty in the world". No sensible person could possibly reject Brandon’s spontaneity, disclosing his pain, human, maybe all too human as one of Nietzsche’s title, to whom Brandon obviously makes a reference in You Will Be Alone. Brandon manages to take us on an endless trip constantly maturing with its demiurge’s mind. Keep Your Boots Clean was the first Alaska In Winter’s song I’ve listened to, characterised by a manifest sadness but this one is also deeply poignant, it sounds like a forthright testimony. Unwavering melancholy on the brink of incomfort comes from the notes and the voices’s sweetness of Horsey Horse; the tones of Crystal Tears, more electro, affects us with melodic and powerful fragments, whereas The Coldest Day In The World succeeds to immerse us in a magical and optimistic universe. We are now looking forward Brandon’s future opus, which will be called "Choose life", reminding a famous UK movie’s line.

Mr. Bethancourt possesses a unique ability to make us apprehend different but interconnected emotions at the same time and to my mind, this is how you can recognize a great artist. "Life isn’t worth living unless there is beauty in it", concludes Brandon. Thank you so much for spreading beauty and thanks again for your anwers!
 
Alaska In Winter Facebook page
The Bandcamp
The Soundcloud
 
Alaska In Winter
 
Crédit photos : Brandon Bethancourt

Rendez-vous sur Hellocoton !


<< Article précédent
Article suivant >>


9 réponses à “Alaska In Winter : Man vs Machine”

  1. Superbe decouverte !

  2. un très bel article
    avec pour ma part une chouette découverte
    gros bisous ma belle

    • Merci Chacha et merci pour lui :-)

  3. Très intéressant, merci pour la découverte!
    Et ça donne envie de lire ou relire le culte « Walden » de Thoreau!
    Bécots *

    • Tu me donnes envie de le lire, encore un sur ma liste :-) Bisous Célestine

  4. je ne connaissais pas!!
    c’est juste complètement fou! =)

  5. Très sympa ce partage
    Gros bisous

    • Heureuse s’il t’a plu :-) Bisous Sylvie

Laisser un commentaire