DIVERS, le 22 avril 2012 | 88 commentaires

Chômeur : un métier.

Aujourd’hui, je dis au revoir à mon copain, qui part travailler. Je lui souhaite une bonne journée de travail. Parce que moi, en ce moment, je ne travaille pas. Moi, je suis chercheuse d’emploi, ou plutôt CHÔMEUSE, comme elle le dit si bien la Madame blonde, sur TF1.

Aujourd’hui, j’ignore pourquoi, mais je me demande quelle est l’étymologie du mot "chômage" (des fois, ça me prend, c’est mon côté relou), parce que je trouve ce mot quand même sacrément atroce. Vilain. Mochu. Dégueu. Répugnant. Plein de synonymes quoi. Je dois le dire, il me fait flipper depuis maintenant quelques années. Et bam, tu sais pas sur quoi je tombe ?

Chômage vient du latin caumare, qui signifie, selon notre pote wikipédia, "se reposer pendant la chaleur". Pas si atroce que ça. Ça me paraît même plutôt cool. Je m’imagine déjà dire tout ça avec le petit doigt en l’air en sirotant un petit mojito.
Il ne manquait plus que ce petit détail pour achever ce début de journée. C’est bien connu, les 
chômeurs sont bien au chaud dans leur appart, se lèvent à 15 H, regardent leurs plantes pousser et restent avachis toute la journée pour mater peinard les téléfilms de la 6, tout ça en bouffant des chips saveur barbecue.

Bah moi, non, je ne suis pas d’accord : être chômeur, c’est un MÉTIER. Et pas le plus facile, en plus. Oui, parce que métier vient du latin ministerium (je vous avais pas menti, je suis sacrément lourde, lourde qui vient du latin luridus… mais oui, on s’en tape !) qui signifie "service". On parle souvent même de "service divin" et je peux te dire qu’il faut avoir une sacrée foi pour le supporter, le chômdu !

Je vais essayer de te démontrer en neuf points, que la recherche d’emploi est en quelques sortes, un métier :
 
 

 
 
Le chômeur arrive dans le monde du chômage à la fois délicatement et toujours avec violence. Il s’y est préparé, à la fac, parce que même si ses profs lui affirmaient que sa formation était la meilleure, il savait que même les profs peuvent être des mythos. On va pas la lui faire au chômeur, hein ! Mais il avait quand même un petit espoir. Et puis avec la précarité de l’emploi, le chômage peut sévir plusieurs fois dans une même vie. Ouais, moi aussi je pensais que c’était proscrit ce genre de conneries !

Les premiers jours de sa prise de fonction, le chômeur a toujours cette petite angoisse, cette boule au ventre quand il se dirige vers son lieu de travail à présent devenu son PC : vais-je être à la hauteur ? Vais-je m’en sortir ? Vais-je m’épanouir ? Mon ordi ne va pas me lâcher hein, les prochaines semaines ? Ce serait le pompon, tiens…
Le chômage est une page blanche, qui ne demande qu’à être écrite. Sauf que l’inspiration, ça ne court plus les rues !

Le chômeur a besoin de quelques jours pour se mettre dans l’ambiance, il trouve presque ça cool finalement, les premiers jours seulement et puis il réalise vite que sa période d’essai va bientôt arriver à son terme. Il se demande si cette angoisse "de ne pas savoir" va durer longtemps. Et puis un jour, il connaît la réponse. Après ses six mois de période d’essai, c’est officiel : il est pris en CDI, un CDI recherche d’emploi. Et ce jour là, il fait tout péter, sauf le champagne. Il comprend qu’il va devoir ramer dans cette galère, durant une durée indéterminée. Sa plus grosse arme sera alors la persévérance.
 
 

 
 
Le big boss, comme on l’appelle, du chômeur, c’est Paul en Ploye.
Le chômeur a souvent des comptes à lui rendre. Paul lui donne régulièrement rendez-vous pour effectuer un point sur sa situation, trouver des solutions, éviter les dégradations… (plein de trucs chiants en -tion). Paul sait que l’entreprise vacille… et que ce n’est jamais gagné d’avance. Beaucoup de concurrence. Peu de places. Il essaie tout de même de croire en son poulain. Il lui envoie des courriers, le convoque, lui rappelle chaque mois qu’il doit actualiser sa situation.

Souvent, Paul propose des genres d’incentives, des séminaires et des réunions plutôt funky, vous savez, ce genre de truc à la mode pour unir et souder des équipes à la ricaine, sur "comment faire un CV", "comment se présenter", tout ça, quoi. Le café y est dégueu, mais on s’y amuse bien. Il n’y croyait pas, mais ça arriverait presque à le rebooster.

Paul fait tout pour prendre soin de son chômeur, même si, dans le fond, il aimerait le dégager de sa boite au plus vite, le foutre à la porte, vite fait bien fait. Il a, lui aussi, des comptes à rendre à son grand patron. Il ne peut pas se permettre d’embaucher… trop. Il devient phobique du chiffre, craint les pourcentages, surtout la barre du 10. Il se fait régulièrement taper sur les doigts, car sa grosse entreprise connaît la crise.
 
 

 
 
Le chômeur doit être un bon commercial : se vendre sans être pompeux, promouvoir ses compétences sans mentir, les rendre alléchantes et vitales sans se la péter, se mettre en avant, mais en douceur, "taper dans l’oeil" de ses confrères, les séduire, un peu, en évitant la jupe ras la moule, tout de même, hein, restons décents.

Ses outils pour réussir : Word, Photoshop, et PDF creator. Le triptyque gagnant. Enfin…

On lui reproche tantôt d’être trop créatif, tantôt de ne pas l’être assez. Tantôt de trop décrire ses expériences, tantôt de ne pas assez en dire. Bref, personne n’est jamais content. Il ne sait plus sur quel pied danser, tant et si bien, que souvent, il se casse la gueule. Mais Il sait, qu’un jour, ça va payer !

Les grands jours, il se dit qu’il va décrocher l’appel d’offre, alors tout empli de joie, il envoie son dossier. Il est béton, c’est sûr, c’est lui qui va l’avoir ! Malheureusement, un excès de confiance peut latter le chômeur. Ce n’est pas une question d’ego, le chômeur n’en a plus depuis un bout de temps !
 
 

 
 
Quand le chômeur arrive à décrocher une réunion, il est aussi excité que s’il venait de remporter l’Euro Million le jour de son anniversaire. Seulement, son manque d’expérience et surtout, de confiance, le rendent pitoyablement fébrile.

Il sue, il a chaud, il est tout rouge, sa bouche est plus sèche que le Sahara et son haleine, n’en parlons pas, elle est tout bonnement affreuse. Il préférerait encore avoir celle d’un lendemain de cuite. Il aurait bien envie de boire une pinte d’ailleurs là, pour se détendre un peu. Devenir totally english flouente et raconter sa vie avec audace. Ses mains et ses aisselles, moites, trahissent son anxiété. Même le Narta 72 H n’est plus d’aucun recours, ça sent l’échec à plein nez.

Si seulement il avait fait du théâtre nondidjou, il aurait au moins réussi à feindre la totale confiance ! Alors, il doit prendre ses couilles à deux mains, envoyer tout ce qu’il peut. Arrêter de croire qu’il joue sa vie, même si dans le fond, c’est un peu le cas.

Il doit foncer dans le tas. Devenir le rugbyman de la réunion.

Il espère, en son for intérieur, que la prochaine candidate ne fera pas 1,80 m, ne sera pas blonde à forte poitrine, qu’elle n’aura pas un double Master Sciences-Po / EDHEC, qu’elle ne sera pas investie dans cinq associations humanitaires et qu’elle oubliera de mentionner qu’elle est championne d’échecs et marathonienne à ses heures perdues. Et qu’elle parle chinois couramment. Fingers in da nose.
 
 

 
 
Le chômeur a besoin d’avoir des potes comme lui, qui lui ressemblent, qui peuvent comprendre ce qu’il vit. Qui le soutiennent, lui envoient des mails en lui disant "Aujourd’hui, que dalle, pas d’offres… la tristitude du lundi, on verra demain". Et rebelote le vendredi. La redondance, le chômeur, il connaît !

Le chômeur n’envie personne : il souhaite juste, comme "tout un chacun", se lever le matin avec plaisir, avoir un poste intéressant, des missions épanouissantes et pourquoi pas des collègues qui aiment bien se fendre la poire.

Même si à 6 H du matin, les yeux encore collés et ensommeillés, il verrait sans doute les choses différemment.
 
 

 
 
Passer la journée seul devant son PC rend le chômeur un petit peu maboul. Il finit par connaître les énoncés des appels d’offre par cœur. Pour se changer les idées, Il va courir (quand le temps s’y prête), fait de la gym (une fois tous les six mois et quand il n’a pas le cou explosé). S’essaie aux cupcakes et aux macarons tout colorés et qui sentent bon, se met à adorer le repassage, ses ongles changent de couleur tous les jours, il a toujours des sourcils super bien épilés. La base. Il redécouvre la joie des bracelets brésiliens comme quand il avait 12 ans. 
Parfois même, l’envie lui prend d’écrire un blog ! (non mais ces chômeurs, je vous dis…)
 
 

 
 
Dans quelques semaines, un nouvel actionnaire va débarquer dans la boite. Il ne sait pas si ce dernier sera gaucher ou droitier. Si les mesures concernant son entreprise seront conservées. Modelées. Altérées. Pires, ou mieux. Il est dans l’ignorance totale. En tous cas, tout le monde prédit des changements grâce à cet homme. On lui dit d’être patient. Mais le chômeur ne croit pas à la boule de cristal : il attend de voir. Résultats début mai.
 
 

 
 
Le chômeur n’a plus envie de rencontrer de nouvelles personnes : la traditionnelle question "tu fais quoi dans la vie?" lui fout direct la nausée.

La remise en question, le chômeur la fréquente depuis longtemps, tous les deux, ils bossent en binôme: "Quelle idée de merde ce bac+5, et pourquoi t’as pas fait un BAC S, pourquoi t’étais une putain de groooooooosse brêle en maths ? Pourquoi tu pigeais rien en physiques ? Pourquoi t’as choisi une branche bouchée ? Et la confiance en toi, c’est en prime ? On t’avait dit de ne pas faire ton stage de fin d’études à l’étranger… Tu peux t’en prendre qu’à toi même !"
 
 

 
 
Le chômeur finit par arriver à saturation, il veut une promotion, voir sa situation évoluer, pouvoir répondre qu’il fait autre chose dans la vie qu’être au chômage. Même si c’est un métier, il a comme une envie de reconversion. Il espère de nouvelles opportunités. Les boules, il les aura toujours un petit peu. Il a bien conscience que le sacro-saint CDI sera son Graal, que le chemin sera long, bardé d’embûches. Mais il continue d’y croire, parce que le repos durant la chaleur, il commence vraiment à ne plus en pouvoir.

Il espère, enfin, que le chômage ne sera pas un métier d’avenir.

En prime, l’une des plus belles séquences des "Take away show". Mon passage préféré à 7’35 :
- "Il y a des gens qui travaillent ! Vous, vous foutez peut-être rien, mais nous on bosse!"
- "Mais c’est de l’art !"
- "Non mais l’art pour l’art, vous savez, ça nourrit pas son monde !"

Le chômeur, il est mélomane et il te fait des bisous !

Portez-vous bien, et à bitôt !



Rendez-vous sur Hellocoton !


<< Article précédent
Article suivant >>


88 réponses à “Chômeur : un métier.”

  1. Je viens de lire ton article qui m’a fait rire intérieurement jusqu’au bout tellement c’est ça et personne n’ose trop la ramener, le chômeur subit la situation en silence en plus ! Enfin maintenant y’en a qui se reposent tellement dans la chaleur qu’ils y prennent goût et choisissent de s’immoler !!!
    Et quand tu es chômeur et handicapé à cause d’une maladie auto-immune, je ne te raconte même pas la confiance en toi, elle est au beau fixe ;-)
    Bisous

    • Et ce n’est pas fini ce genre de situation… :-/
      Bon courage à toi en tous cas, je t’embrasse !

  2. Il fait chaud et je ne chôme pas… au chômage ! ;-) Mais c’est exact, ça vient de « caumare » (qui sonne comme cauchemar !) : « chaleur du soleil », avec une racine gr. « Kaiein » (là ! ça sonne comme le bagne de Cayenne !) : « brûler ». « Holocauste aussi a la même racine » ! Que des trucs chouettes !

    Mais un chouette site !

    • Merci pour toutes ces précisions, toi et l’étymologie ne font qu’un ! Bon courage dans tes recherches en tous cas. Il en faut. Bises

      • Merci beaucoup ! parce que c’est le soir… et y’a plus d’espoir… noir c’est noir ! ;-)

        • Je découvre ton blog… je pense y passer un peu de temps

  3. Cha

    Comme tous les gens ayant commenté, je me suis totalement reconnue dans cet article ! Et plus particulièrement dans les activités extra-professionnelles, car il faut se l’avouer, chercher du travail, même de façon intensive, ça n’occupe pas une journée entière ! Je me suis essayée aux cookies, au vélo, au vernis à ongles, à la lecture/vision de blogs/vidéos beauté, et même à la broderie, que j’exerçais aussi durant mes plus jeunes années. J’ai failli succomber à la création d’un blog, mais je ne me suis toujours pas décidée.

    Je ne sais pas si je dois me sentir rassurée de ne pas être la seule à avoir traversé ça, ou si ça devrait m’inquiéter parce que ce n’est pas le premier article concernant le chômage que je rencontre sur la « blogosphère ». Je me suis reconnue dans tous, comme quoi on est tous pareil face au chômage ! Le tien est cependant le plus original que j’ai lu :) J’adore le coup du Paul En Ploye !

    Sinon si je parle de tout cela au passé, c’est parce que je vais signer un CDI avec une période d’essai ! Et ça, seulement suite à un entretien… téléphonique. J’avoue, j’ai peur du piège, car je suis jeune diplômée d’un bac +3 depuis octobre 2011, et ça semble trop beau pour être vrai. Pourtant au téléphone j’avais quelqu’un qui avait envie de jouer le jeu, de « prendre le risque » d’embaucher une petite jeune (bon sûr que aussi ça lui coûte moins cher que quelqu’un avec 10 ans d’expérience), qui trouve que multiplier les entretiens, les tests et autres, c’est de limite de « l’escroquerie ». Ca fait vraiment plaisir de savoir que ce genre de mentalité existe chez certains employeurs.

    Aussi j’ai une question, peut-être est-ce explicité sur d’anciens articles (je viens seulement de découvrir ton blog et je le lis du plus récent au plus ancien, super logique !), à quels types de poste tu postules avec un Master Communication ? Je suis curieuse parce que je suis graphiste et en voyant le montage qui illustre cet article (je le trouve super sympa d’ailleurs !) ainsi que le nom de domaine en .com, je me demandais si tu ne l’étais pas aussi ?

    En tous cas désolée pour le pavé et je te souhaite toute la réussite possible pour enfin ne plus être chômeuse :)

  4. Cc Ta3mam ! Pas le premier commentaire que je laisse ici et certainement pas le dernier. Je suis aux anges à chaque fois que je vois un nouvel article de toi. Et ce grâce à cette diversité dans les sujets énoncés. Tu parles de ta vie mais de LA vie surtout ! Car en effet si il y a autant de commentaire sur cet article c’est que ce problème est vécu par énormément de gens. Moi même en sortant de la fac après un bac +3 en arts plastiques, je me suis remise en question : Que vais-je faire de ma vie ?! A l’heure actuelle je suis contente d’avoir repris un CAP (oui oui j’ai bien dis un CAP) en alternance. Je sais pas si j’aurais un travail après mes études mais en tout cas je sais qu’il faut qu’on se batte mtn pour avoir une place et aussi BEAUCOUP DE PISTON !!!
    Bref dans quelle branche cherche tu ?!

    LaBise à toi

    http://un-pied-sur-terre.blogspot.fr/

    • Disons qu’on a, sans doute, pas forcément choisi les branches qui recrutent fort en ce moment … Moi la communication, et toi les arts =) Bé c’est positif ta reprise d’études, tu as choisi de te rediriger vers quel domaine ? J’espère que tu trouveras vite par la suite, et surtout, que ce nouveau métier te plaira.
      Pour les pistons … Ah bah, ça doit clairement faciliter la vie! Quoi que, j’ai des doutes sur l’efficacité du piston en ce moment… Ca a l’air tellement galère pour tout le monde et dans n’importe quel secteur…
      Alors il faut persévérer! Et parfois, envisager une réorientation comme tu l’as fait. (Cette idée revient aussi assez souvent dans ma petite tête…) Je te souhaite tout plein de bonnes choses! Bises à toi

  5. Je viens par hasard de tomber sur ton blog, et sur cet article en particulier ! Comme je me reconnais là dedans !

    Mais il y a tout de même quelque nuance. Ca va faire 3 ans que je suis sortie de la fac, après une première année de licence totalement ratée.
    Bref, je n’ai que mon bac. Aucune expérience. Aucunes pistes en vue.
    J’ai bien fait un ou deux CDD de quelques mois, mais rien de bien intéressant pour m’aider pour la suite. Aucune rémunération, heureusement que chéri ait du travail lui.

    Par dessus le tout, des problèmes de santé n’aidant vraiment pas a la recherche. Et il faut le dire, après autant de temps a rien faire, on perd toute motivation, et on se sent bon a rien (enfin pour moi en tout cas). Alors comment se « vendre » a ton futur employeur, si déjà toi, au départ, tu n’y crois plus ?

    Beaucoup de remises en question, beaucoup de peur pour l’avenir, pour notre vie sociale, sentimentale… Être seule tout au long de la journée, ne plus avoir l’envie du contact, car on se sent inférieur… Pas facile tous les jours…

    Merci pour cet article en tout cas, qui redonne un peu le sourire grâce a cette subtile touche d’humour.

    J’espère que de ton côté tout s’arrangera vite. Je croise les doigts !

    • Coucou Ophélie,

      On se demandait avec l’une de mes amies l’autre jour, si la pire situation c’était de passer beaucoup d’entretiens, et de ne jamais recevoir de réponses positives, ou de ne pas en passer du tout, c’est à dire de ne même pas passer la sélection du CV …
      Dans tous les cas, je suis complètement d’accord avec toi. Il s’agit de perte de confiance, plus le temps passe et moins tu finis par y croire, et je pense que ça se ressent aussi sur tes candidatures… Tout ça est un cercle vicieux …

      Tu cherches dans un domaine particulier ? Dans une région particulière ?
      Courage à toi, tu finiras par y arriver, il faut continuer d’y croire même si c’est difficile et souvent… décourageant. Et puis prends soin de toi, surtout, c’est sans doute le plus important. Bisous

      • N’ayant pas de diplome, ni d’expérience particulière, j’avoue que je prendrais le premier job venu. C’est peut etre pas la meilleure des solutions, mais au bout d’un moment il faut savoir prendre sur soi, et accepter ce qu’on nous propose enfin !

        Je suis en Moselle, donc je recherche dans le coin. Le point positif, c’est que je passe mon permis afin d’élargir considérablement mon secteur de recherche ! En espérant l’avoir d’ici une ou deux semaines (je croise fort les doigts ^^)

        Je pense en fait que le pire, c’est de se sentir exclu de la société, d’être un poids pour les personnes qui nous entourent. De se sentir bon a rien, et qu’on ne s’en sort pas, ou qu’on ait plus envie de s’en sortir.

        Merci a toi !
        Bonne journée.

  6. Tu m’inspire ma Caro, mais tu me fais peur avec ton obsession des trucs en latin et des recherches philosophiques. Sinon, cet article m’a bien fait marrer :)

  7. Ton article m’a fait sourire, parce que je me retrouve dans la même situation avec ce CDI de recherche d’emploi dont je ne veux pas !
    Je croise fort les doigts tout en continuant mes envois de CV en masse, mes inscriptions en interim… blah blah blah. À quand un vrai métier ? ^^’

    • Une chose est sure, le chômeur ne passe pas sa journée à glander … Bon courage dans tes recherches ! Bisous

  8. Courage Ta5mam! Ce n’est malheureusement pas la première fois que je laisse ce genre de message chez mes blogovoisines, et ça te fera peut-être une belle jambe, mais sache que tu n’es pas seule!
    Cette ironie, cette bonne humeur sur fond triste, Paul, les nouveaux gens, les questions indiscrètes, les doutes et remises en cause, la reconversion, les bracelets, le blog, et tout… je connais si bien! Cadre dans la recherche (d’emploi) en CDI depuis 1 an et +! Love my job, wouhou!
    Courage, courage, courage!
    PS : tu connais le « funemployement »?…
    Super blog by the way , mais je crois que c’est déjà dit.

    • Merci pour ce message plein d’espoir ! Purée CDI que tu aimes, en plus, tu dois être aux anges =) Ravie pour toi ! Et merci pour le concept du funemployement ! Je viens de lire que souvent trentenaires ou presque, ces chômeurs en profitent pour effectuer une GRANDE remise en question. C’est tout à fait ça !

      • Mais nan, nan – berk ce CDI! (Je parle du même CDI que toi, hein…). La « recherche » c’est pas trop mon truc.
        Et toi, tu es « (f)unemployed » depuis quand?

        • La méthodologie de la Recherche est intéressante, mais devient vite blasante … Humm depuis quelques mois, et toi ? Bisous Charlotte

          • Vi, si blasant… (soupir). Plus d’un an. (re-soupir) mais ça semble tirer à sa fin…
            On s’en raconte plus en MP à l’occaz, si tu veux. C’est tj chouette de papoter entre « chercheuses ». La bise à toi aussi ^^

          • Da carrément !

      • clo

        Hahaha ma petite Ta3mam, c’est Clo, la remise en question du trentenaire quand il n’a meme pas eu l’occasion de se poser la question de l’exactitude de son orientation ne serait-ce qu’une seule fois (si ce n’est à travers les stages) me fait marrer ;) … Encore chapeau ma grande !

  9. Jnrcks

    Et bien, quel article!
    Merci d’avoir posé des mots sur ce que tu as vécu et ce que j’ai vécu aussi pendant quasiment un an.
    J’ai arrêté mes études et j’ai galéré pour me trouver un petit job en attendant de trouver ma « voie », et même ça c’était pas facile. Se retrouver H24 à la maison, n’avoir plus rien à dire à ses amis etc…

    J’ai eu la chance de retrouver un boulot depuis (je signe mon CDD dans une semaine!) mais j’ai PEUR d’y revenir…

    Bon courage à toi, ton article m’a touchée, vraiment!

    • Je comprends l’appréhension, mais courage, ça va être une prochaine bonne nouvelle expérience! Et puis qui sait, un CDI peut-être par la suite ? (oui je suis obsédée par le CDI, désolée!)

  10. chappi

    on sent bien qu’il fallait que ça sorte! bel exutoire plein d’humour! même si je sais bien que c’est pas la rigolade tous les jours.
    Courage pour cette période pas facile, que je te souhaite la plus courte possible.

    PS:les gens qui disent que les chômeurs se lèvent à 15 h pour mâter le téléfilm de la 6 n’ont jamais été chômeurs! (Ben oui, parce que quand tu as été ou que tu es chômeur, tu sais très bien que le téléfilm commence à 13h30 et pas à 15h)

    • Merde, je suis grillée, faudrait que je pense à regarder la télé un peu plus! Merci de tes encouragements, belle journée à toi

  11. tiens je ne connaissais pas l’étymologie de ces mots..Assez intéressant en effet ^^ Et bien moi je suis OFFICIELLEMENT chômeuse depuis ce matin et honnêtement, je me bouge beaucoup plus que lorsque je bossais…paradoxe quand tu nous tiens… Il y a toujours eu des étiquettes, données d’emblée par les gens, c’est dur à combattre effectivement…

    • Ouais on s’en fout assez =)
      Bon courage pour tes recherches alors! Et que cette période soit la plus courte possible

  12. Cami

    Je suis pr reprendre tes paroles en « cdi recherche d’emploi » depuis 4 mois. Ce matin je lis ton article et j’ai bien ri vu que je me retrouve dedans. Et cette aprem à 16h16 très exactement je reçois un appel d’une entreprise à laquelle j’avais postulé. J’ai un entretien mercredi, autant te dire que je suis aux anges vu que toutes mes demandes restaient sans réponse jusqu’à présent.
    Je ne sais pas si ton article m’a porté chance mais en tt cas MERCI !

    P.S : Me reste plus qu’à trouver un bon déo.

    • Et benh ça fait sacrément plaisir ce genre d’annonce!
      Ahahaha je n’ai pas encore trouvé le déo miracle, mais si tu as de bonnes pistes, fais m’en part!
      BONNE CHANCE A TOI et puis tu repasses me dire « quoi » !

  13. Alors là je vais te dire je COMPATIS ! je suis restée 7 longs mois au chômage et je crois d’ailleurs que j’en garde des séquelles même si je viens d’être confirmée au bout de 4 mois (maintenant les périodes d’essai ça peut être 2×4 mois … tu pleures…) …. donc ne t’inquiète pas ! A un moment donné ça va forcément se décanter. A un moment donné l’enchainement se fera bien et tu retrouveras le plaisir d’être intégré… mais tu sais le plus dingue c’est que ça a de tres bons côtés le chômage (hormis le fait qu’on lutte financièrement et qu’on perd une partie de sa vie sociale et qu’on est gavé de frustrations)… Maintenant j’ai moins peur de m’y retrouver de nouveau (même si j’espère pas) maintenant je relativise bcp plus… Enfin bref… je suis de tout cœur avec toi car je crois qu’on peut toutes et tous dire qu’on a tous globalement ressenti ce que tu exprime avec humour. Courage courage et ne te laisse pas saper le moral par Pole Emploi car Dieu sait s’ils ont le don pour ça …

    • A vrai dire, ce n’est pas vraiment Paul qui me sape le moral mais le manque d’offres, parce qu’il y a vraiment que dalle.
      La durée de certaines périodes d’essai fait vraiment flipper …. En tous cas, contente de lire que tu t’es sortie de cette période de galère … =) J’espère tout de même que tu n’y retourneras pas avant un bout de temps, hein! Bonne journée à toi !

  14. mariane

    ahh j’adore!
    LOL la video!!
    « y a des gens qui travaillent , vous, vous foutez peut être rien, mais nous, on bosse »

    tu veux pas apporter ta contribuer a payetonprécaire?
    http://payetonprecaire.wordpress.com/2012/04/20/appel-a-contributions/

    • Je suis allée faire un tour, vraiment pas mal !

  15. PS: Je découvre par hasard à l’instant que celui qui m’avait gentiment traîtée de « looseuse » (à savoir mon ex-petit-ami étudiant en journalisme à l’époque) parce que j’avais donné ma démission suite à des mois de misère dans une association lilloise à la noix est aujourd’hui lui-même chômeur à la recherche d’un emploi…niark niark niark ! L’arroseur arrosé…et la roue tourne. C’est moche à dire mais je ne suis pas mécontente d’apprendre qu’il se retrouve dans la même galère. Rappelons-nous que le verre est à moitié plein de jus d’orange et qu’on peut toujours remplir l’autre moitié de vodka. Sur ce, bon après-midi :D

    • J’ai bien aimé la conclusion =) Pour ce qui est des jugements … barf le mieux c’est encore des les ignorer!

  16. Bon courage Tamam ! On a déjà échangé sur ce thème par e-mail et tu connais mon propre parcours, diplômée depuis 2008 et sans emploi, quelques CDD à droite à gauche et c’est tout. Mais tu sais aussi que je ne crois malheureusement pas que notre génération ait beaucoup d’opportunités en France à l’heure actuelle (et peu importe le prochain président, je suis persuadée que ça ne changera pas grand chose). A moins comme tu dis d’avoir fait des écoles qui coûtent cher et d’être placé dans une boîte ou de décrocher un précieux VI, il faut rester réaliste. La France n’est pas le pays qui mise sur ses jeunes, ni sur les ambitions et les idées. Les patrons deviennent un peu des Jules César qui ont le droit de « vie ou de mort » sur tous les candidats et employés, parce que les postes sont rares et valent de l’or. Et puis trouver un CDI ne signifie pas nécessairement s’y épanouir. Je connais pas mal de gens qui travaillent mais qui n’aiment pas ce qu’ils font et en même temps ne prendront pas le risque d’en changer par peur du chômage et de l’insécurité (ce qu’on peut comprendre). Pour ma part, j’ai décidé de considérer que j’étais chanceuse d’être au chômage, oui je dis bien chanceuse. Bien sûr galérer financièrement n’est pas la panacée, mais au moins je ne suis pas enfermée dans un piège qui se serait refermé sur moi si j’avais accepté le premier job venu, je ne suis pas mariée et je n’ai pas d’enfants, ça aide aussi à relativiser. Dans notre société d’aujourd’hui, il est interdit de prendre son temps, il faut que tout s’enchaîne sinon on te prend pour un « looser » (on m’a déjà appelée ainsi !). Il ne faut pas redoubler de classe à l’école, il faut avoir son bac du premier coup, il faut enchaîner les années de fac sans redoubler, il faut trouver des stages bétons et puis sortir avec son Master. Et ensuite, immédiatement après, il faut trouver un CDI sans attendre. Eh bien la vraie vie ça n’est pas ça, et il n’est pas honteux de prendre son temps pour trouver ce qu’on a vraiment envie de faire, plutôt que de s’enfermer jusqu’au restant de ses jours dans un job qui ne donne pas envie de se lever le matin. Je profite de ma liberté, j’ai parfois des moments de déprime mais je suis plus souvent heureuse d’être maîtresse de ma vie que le contraire. Je ne me considère pas chômeuse, je me décrirais plutôt comme quelqu’un qui prend le temps de vive et de choisir le bon chemin, quelqu’un qui ne soumet pas aux règles dictées par la société. Vive la rébellion et vive la liberté :) Bises !

    • On en parlait encore ce week end avec mes amies … La France se base sur les diplômes plus que sur l’expérience et le savoir-être … Elle doit sans doute favoriser quelques profils, encore que j’ai entendu que pas mal de jeunes sortis de l’EDHEC, par exemple, galéraient aussi dans leurs recherches … Putain, je suis mal barrée.

      En ce qui concerne la liberté, je suis plus mitigée. Certes, je préfère sans doute être au chômage que d’être en souffrance au travail, et me rendre malade comme j’ai pu le faire avant. Mais … la solitude, les remises en question … les lettres de refus … Tout ça aussi c’est de la souffrance. On perd confiance et on n’en voit plus le bout.

      HL m’a parlé de tes éventuelles pistes ? On s’en dit plus par mail =) Bises Raphaëlle

      • Raphaëlle

        Oui, on se dira tout ça par e-mail. Je reste optimiste parce que je suis convaincue que la roue tourne. On est jeunes, dynamiques, intelligentes, on a des idées et une énergie débordante alors ne nous laissons pas saper le moral par ceux qui ne savent pas voir le potentiel qui est en nous, tant pis pour eux ! Je pense que je relativise beaucoup parce que j’ai l’exemple de ma mère qui est au chômage depuis 20 ans. Les jugements, les critiques et les préjugés que génèrent une telle situation elle les a tous pris en pleine face et elle est toujours debout. Elle fut jadis dessinatrice en dentelle pour une entreprise de la région (le Nord était jadis réputé pour son textile) mais toutes les entreprises ont fermé et délocalisé à l’étranger. Ce n’est pas faute d’avoir suivi des tas et des tas de formation (dont Photoshop et la création web qu’elle maîtrise auj mieux que moi !) mais elle est trop « vieille », bah oui elle a 52 ans donc on fait la place aux jeunes. Mais déjà quand elle avait 35 ans on lui laissait entendre qu’elle était « has been » alors… Bref, à un moment il faut prendre son propre destin en mains et ne plus attendre que Paul face tomber d’improbables offres, il faut provoquer le destin et se créer ses propres opportunités (je sais plus facile à dire qu’à faire mais bon quand on a pas le choix…). En tout cas tu as raison de tenir ton blog, de sortir de chez toi et de te changer les idées, il ne faut pas se laisser aller à la déprime et même si ça ne change pas notre situation on est tellement nombreux/ses à vivre la même galère que ça console un peu. Mais tout vient à point à qui sait attendre (et à qui sait surtout remuer son derrière pour aller chercher ce qui le fait rêver) ! Bonne journée bises :)

  17. J’aime beaucoup ton article et la façon dont il est écrit !
    Bon courage pour tes recherches !

  18. Je me reconnais pleinement il y a encore 3 mois (ouais, j’ai eu le St Graal). Faut dire que 4 ans d’alternance de petits CDD à la con et 1 an et demi sans rien (pire que le chômage…le RSA), ça te donne de nouvelles perspectives dans la vie (comme regarder tes poils de jambes qui poussent en espérant un appel d’un recruteur par la pensée magique). Même que j’avais écris un article sur le sujet (lequel étant un chouilla moins bien que le tien, te rend assez antipathique d’un coup).

    Bref, c’était la dèche. Puis, je l’ai eu mon CDI, un bien en plus, pas de l’alimentaire. Pourtant c’était pas gagné avec mes pb de Paul (on a fini fâchés), de boulet (mon ex) de maladie incurable et de poche digestive. Le seul truc qui marche, ne pas baisser les bras. Mais je pense que tu es bien partie pour gagner. Good Vibes for you !

    • Les galères se sont bien entremêlées à cette époque dis donc… Heureuse de lire, surtout, que tes problèmes de santé sont du passé, parce que le chômage à côté, c’est vraiment du caca…
      Et puis merci pour la découverte de ton blog, je pense que je vais y passer souvent =)

  19. Vraiment sympa ton article … Bon courage pour ta recherche :)
    Bisous
    Yu’

    • Merci Yu’, que tes ondes positives soient avec nous !

  20. Helena

    Que dire de moi?
    Que je chome?
    mon mari m a dit de choisir entre les etudes et lui. j avais 17 ans, l annee du bac,je l aimais et mes parents ont tout fait pour me retenir dans mes etudes,puis il y a eu l accident en moto qui a tout fait basculer ,je me suis devouee corps et ame pour mon coup de foudre,il y a eu des hauts et des bas et durant toutes ces annees je me suis battue pur avoir une certaine harmonie au sein de la famille qu on a fondu…apres les etudes,ca a ete les sorties,la famille,les amies…
    Aujourd hui quand je repense ,suis au chomage ou suis je en menage?
    La routine de tous les jours prend le dessus et souvent fait place a des regrets.
    Comment aurait ete ma vie dans le monde du travail?
    Moi qui ait perdu ma personnalite au premier regard,aurais je pu etre une employee exemplaire?
    Que de questions je me pose,et si …

    • Je suis touchée par ton histoire.
      Se poser des questions est naturel … et presque vital, enfin je crois.
      As-tu pensé à une éventuelle reprise d’études/ formation ?

  21. La Une encore, c’est SUR!!!!!!

    • Valentine, ton entreprise sur le rocher embauche t-elle ???!

  22. SUPER article !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Hé bé, ch’uis « raid’bi » contente que tu l’aies aimé!

  23. COURAGE ma Belle !
    Et le chômage ce n’est qu’un passage – garde espoir…. le travail arrive !!! <3
    (et un petit colis pour Toi en prime ;-) )

    <3 <3 <3

  24. ***moche & méchante***

    J’adhère complètement à ce billet à travers lequel je me reconnais, à la seule différence que je ne tiens pas de blog (naaaannn pas le temps, puis quand j’en ai je préfère suer devant ma wii)
    Sinon pareil, je me suis rendue compte que je n’aime pas trop rencontrer du monde pour éviter la fameuse question « et sinon tu fais quoi dans la vie??? » Brouuuuu
    Allez courage, on va y arriver!
    PS: c’est mon premier commentaire mais je ne suis pas nouvelle, je te suis depuis le tout début ;)

    • Suer devant sa wii, c’est pas mal non plus =) Ca permet de bien se défouler!
      Bon courage à toi aussi, on y arriveraaaaaaaaaaaaaaa.

  25. Edcellent, je n’en ai pas perdu une miette. Tu eçris vraiment bien ,on sent que ca vient de loin…
    Courage ma belle, c’est connu Pal ce t’aider
    Gros bisous

    • Merci de tes encouragements Sylvie! Ca fait chaud à mon petit coeur <3 !

  26. Looool!!!!!!!!!J’aime j’aime j’aiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiime cet article!!!!!!!Hahahahahahaha!!Que des vérités!Bisous ma belle,Courage, le boulot de tes reêves viendra!!!!!!!!

    • Sacrée Magalie !!! Merci de tes encouragements !

  27. J’adore ton article ! Je te comprend tout à fait. Mon chéri est au chômage malgré toutes ces recherches, ces relances etc.. Et c’est dure. C’est vrai que ça m’énerve quand les gens disent qu’un « chômeur » (je n’aime pas non plus ce mot x)) ne fait rien, en profite etc.. C’est vrai qu’il y en a qui profite mais pas tous ! Alala les préjugés. Alors bon courage à toi et j’espère que tu trouveras un travail ! :)

    • Partir des clichés était facile, mais au final, mais on dirait bien que les clichés révèlent parfois de véritables malaises…
      Tous mes encouragements à ton chéri !

      • Oui c’est vrai. Merci et à toi aussi. :)

  28. df

    En tout cas tu sais aborder le sujet avec humour.

    • Le premier jet était beaucoup plus… dépressif, et surtout il faisait, 4 pages.
      Ce sujet me tient à cœur, aussi parce qu’il concerne beaucoup de personnes de mon entourage. Exprimer son mal être avec humour est parfois plus facile bizarrement. Bonne journée à toi ! Bises

  29. Ton article m’a touchée.. l’humour et la sincérité avec laquelle tu en parle est vraiment touchant !
    Je ne dirais pas que je te comprends mais je partage tes angoisses..
    Si tout va bien en septembre je serai diplômée et je n’arrête pas de penser à l’avenir, mon avenir.. je suis en école de commerce BAC+5 comme toi mais je ne me sens pas en sécurité vis à vis de l’emploi pour pourtant. J’effectue mon apprentissage en tant que manager mais je cherche un poste d’assistante chef de produit et je sens que mon manque d’expérience me pénalisera. D’ici septembre beaucoup de choses auront changées mais comment ?!
    Des fois je n’arrive pas à dormir parce que ça me stress mais à la fois dans l’immédiat que veux-tu faire ?
    Ton article est super dans le sens où il permet de voir la réalité des choses même si elle est difficile à entendre elle me rend moins naïve !
    En tout cas garde la pêche et ta motivation la roue tourne ;)
    Bisous, Justine

    • Déjà, ton apprentissage a du beaucoup t’apporter en termes d’expérience! C’est toujours un très bon point sur son CV!
      Dans tous les cas, il faut rester positif, juste se dire que, potentiellement, ça peut être un peu long de trouver le CDI tant souhaité …

      Pour ce qui est de chef de produit, j’ai vu ça sur la Redoute l’autre jour : http://www.laredouterecrute.com/job.php?id=99, ils font une session de recrutement le 26 à Rbx.

      Bon courage pour la fin de tes études et pour ton mémoire =) Et merci de tes encouragements c’est gentil!

      • C’est trop gentil d’avoir pensé à l’annonce :) ) J’ai déjà postulé en plus je vais à Lille le 26 donc je dois attendre d’être sélectionnée suite à ma candidature mais j’y crois moyen ils préfèrent l’expérience :)

        • Fingers crossed pour toi alors !

  30. bon bun voilà que pour la 1e fois je commente et j’avoue que j’aurais préféré que ce soit dans d’autres circonstances sauf que….sauf que je suis dans la même m**** que toi et que je me suis forcément reconnue avec un gros gros mais très gros OUI au point 8 « et toi tu fais quoi dans la vie? » ….maintenant je réponds « moi? je fais rien » au moins le débat est clos plus rapidement ! biz et courage xx

    • Ca permet de clore le débat rapidement, effectivement!
      Souvent je commence par « à la base … mais en ce moment … »
      Bon courage dans tes recherches! Bisous à toi

  31. astrid

    C’est trop vrai ! Je me retrouve dans ton article, c’est fou.
    ps : je suis ton blog depuis quelques jours. Il est top ! J’adore tes looks :)

    • Bon courage dans tes recherches, j’espère qu’elles seront fructueuses !

  32. Il est génial ton article et …. je m’y retrouve complétement… aaaaaaah ! Tu as oublié de préciser que le chômeur n’est plus conscient de l’heure à laquelle il se couche.. ^^

    • Le chômeur a tendance à devenir noctambule, sauf qu’il évite le dancefloor =)
      Bon courage à toi Lulu!

  33. Salut, merci pour cette critique avisée. Je me reconnais bien en tant que chômeuse en CDI (je ne compte plus les mois qui passent) & blogueuse car il faut bien tuer le temps ! L’ami Paul me fiche une paix royale, même pas eu l’extrême honneur de la réunion mensuelle. La GRAAL CDI est souvent remplacé ponctuellement par le GRAAL CDD, parce que c’est le même parcours de poigne pour obtenir une mission qu’un poste fixe. Bon courage dans tes recherches.

    • Malheureusement, tu as sans doute raison pour le CDD … la précarité (qui concerne un nombre incalculable de personnes) risque de s’installer sur du long terme. Enchaîner les CDD. Se retrouver dans cette situation, encore, dans 6 mois … Encore faut il tomber sur le fameux CDD, c’est clair.

      Bon courage à toi aussi en tous cas.

  34. Ahahahahaha !!!!! je suis chômeuse actuellement et mon dieu que je me reconnait dans cet article hyper bien écrit !!! Tu m’a fait tellement rêver que je l’ai transféré à toutes mes copines chômeuses (oui c’est devenu à la mode!). Merci pour cet article, on se sent moins seules :) !!!! Tu mérites le top article demain ;) je croise les doigts :)

    • J’ai honte de dire ça, mais je suis un peu « rassurée » de voir que nous sommes nombreux à être dans une situation plus ou moins similaire .. même si je m’en doutais, et que tout ça, c’est vraiment loin d’être réjouissant !!

      Espérons que ça bouge, vite, au moins un peu. Bon courage à toutes pour vos recherches ! Bisous Caro

      • pauline

        Avant tout, ton article est bien sympa ! Mais une question me turlupine? Comment trouves tu l’aspiration pour tes looks et l’argent pour payer tes vêtements, voyages, we en étant au chômage?! Donne moi ton secret car même avec la meilleure volonté du monde, et en gagnant relativement bien au chômage, je n’y arrive pas… J’ai fais le tour de ton blog, tu y passes combien de temps? Si on enlève tes we, voyages, shopping et écriture du blog (ma foi un bon point pour ta recherche de boulot ;) ), ça ne doit pas faire si longtemps que tu recherches « activement »?
        ps : j’aime ta manière d’écrire, tes looks, conseils etc, par contre je trouve que ton article arrive un peu comme un « cheveu sur la soupe ». C’est certain, être au chômage, ce n’est pas le pied, mais j’ai plutôt l’impression que tu le vis bien mieux que la moyenne ?! C’est mon avis, après…

        • Coucou Pauline,
          J’ai écrit cet article il y a déjà quelques temps, et j’ai longtemps hésité à le poster car il n’avait pas de rapport avec les articles légers que j’écris d’habitude… Mais il me tenait vraiment à coeur, donc je me suis tout de même lancée =)
          Je pense, par contre que l’état de mes comptes (qui ne présentent vraiment rien d’intéressant…) n’a pas lieu d’être sur ce blog.
          Je n’ai parlé de finances, si tu relis l’article, à aucun moment. Je voulais mettre en avant la souffrance (oui oui c’est fort comme terme, mais je pense qu’il est adapté) que l’on ressent à ne pas se lever tous les matins pour aller travailler, mais pour en chercher un, de travail. Et ce n’est pas parce que j’achète des fringues chez H&M que je vis bien mon chômage! Mon cas n’est sans doute pas le plus critique, mais les remises en questions sont quotidiennes chez le chômeur, et si tu traverses aussi cette galère, tu dois sans doute voir de quoi je parle…
          Je te souhaite bon courage dans tes recherches, il en faut. Bonne journée à toi!

  35. HL

    Oh mein Gott, j’avais envie de faire des bracelets brésiliens cet aprem………. Merci pour cet article !

    • HL

      Et la photo du début d’article est épique !!!

      • Le devil du chomdu sur la gauche !

        • HL

          Il est bueno lui !!! J’entends déjà ses « MOUHAHAHAHAHAH »

    • Ah bah je me rappelais plus à quel point c’est chronophage !

  36. excellent ton article :)

  37. Je fais partie de ce club aussi….plus pour trop longtemps j’espère….j’attends une réponse pour une formation par correspondance…et en même temps, je suis en train de créer ma propre activité, mais là, faudra trouver les clients! bon courage ma belle! et on reste motivées :) ))

    • Coucou Cissy, c’est super que tu aies trouvé une formation par correspondance. En rapport avec ta formation initiale ? Et pour l’activité en auto-entrepreneur, c’est aussi une super idée, valorisante, qui plus est.
      J’espère que ces nouveaux projets te changeront la vie! Et oui, be motivated !! Bisous!

Laisser un commentaire