JAPON, le 13 décembre 2016 | 1 commentaire

Dans le froid de la 20ème nuit de janvier à Hiraizumi

Hatsukayasai
Je vous dresse le décor : fin janvier dans le Tohoku, un hôtel désert mais au personnel incroyable et qui se marre à l’idée qu’on soit venu jusque ici pour assister au Matarajin, avec "tous ces hommes dénudés et ce saké", des lancers de mochi et des tôles nocturnes imprévues sur le verglas. Voilà à peu près à quoi a ressemblé ma 20ème nuit de l’année.

Revenir au Japon un peu plus d’un an après l’avoir quitté a été une expérience étonnante. Entre l’impression de rentrer "à la maison" et la continuelle surprise offerte par le pays qui dézingue ce sentiment en tout juste deux secondes. Entre le bonheur de retrouver ces lieux fréquentés maintes et maintes fois et l’envie d’en aborder des facettes inconnues.

À Hiraizumi, dans la préfecture d’Iwate, le Matarajin a lieu tous les ans entre le 14 et le 20 janvier. Hatuskayasai clôt donc le festival. La dernière journée du matsuri commence à 15h, mais le départ de la gare d’Hiraizumi jusqu’au Jygyodo du Motsu-ji des groupes d’hommes et de femmes d’âges "malchanceux" et représentant les différents districts de la ville, commence un peu après 19h. Nous voilà donc bientôt encerclés de fessiers dénudés tandis que je grelotte malgré les épaisseurs, ayant alors atteint leur nombre maximal… c’est à dire sept !

Hatsukayasai

Hatsukayasai

Hatsukayasai

Hatsukayasai

Hatsukayasai

Hatsukayasai

Hatsukayasai

Hatsukayasai

Hatsukayasai

Hatsukayasai

Hatsukayasai

Hatsukayasai

Hatsukayasai

Hatsukayasai

Rendez-vous sur Hellocoton !


<< Article précédent


Une réponse à “Dans le froid de la 20ème nuit de janvier à Hiraizumi”

  1. Il y a forcément quelque chose de magique qui fait que ces fesses nues ne soient pas congelées…Le saké?
    Bravo belles photos, c’est toujours magnifique ces fêtes japonaises.

Laisser un commentaire