JAPON, le 26 juin 2013 | 39 commentaires

L’ascension du Fujisan : nos préparatifs !

Fujisan
 
Avec sa très récente et méritée inscription au patrimoine mondial de l’Unesco et l’ouverture prochaine de la période d’ascension officielle, le célèbre et majestueux Fujisan ne cesse de faire parler de lui aux quatre coins de la planète. C’est sans compter que, dans un petit coin de Tokyo, deux jeunes français n’ont plus que son nom en tête et ne parlent plus que de lui : Fujisan, Fujisan ! Si tout va bien, nous aurons bientôt la chance de pouvoir admirer le lever du soleil du haut de tes 3 776 mètres !

Gravir le Mont Fuji était forcément répertorié dans notre liste des randonnées incontournables durant le laps de temps qui nous est accordé au Japon. Et même si, à côté du K2 (8 611 m – 4 711 de dénivelé) ou de l’Everest (8 848 m – 3 350 m de dénivelé), le Fuji est classé dans la catégorie des ascensions-pour-les-gamins, nous envisageons ce moment privilégié comme la possibilité d’aller au bout de nos limites (parce qu’on va en chier), une chance de pouvoir nous dépasser physiquement et mentalement (parce que c’est cousu d’avance que je vais me plaindre que j’en peux pluuuuus au bout de deux heures alors qu’il restera plus du double pour arriver au sommet ^^), tout en mobilisant nos capacités de concentration (apparemment, le chemin est bien casse-gueule par endroits). L’idée même d’être assis au sommet sacré du Pays du Soleil Levant, certainement gelés et exténués mais tellement heureux qu’on s’en fichera, avec un objectif, celui d’observer l’arrivée des premiers rayons matinaux, nous réchauffant par la même occasion, relève presque du poétique (même si nous sommes conscients que la forte fréquentation du lieu risque d’enlever une petite part de poésie, mais ça fait partie du jeu).

Toutefois, avant de pouvoir nous réjouir de l’effort effectué et afin de rendre cette expérience la plus agréable possible, l’étape des "préparatifs" s’avère nécessaire et vitale, car n’oublions pas que nous sommes de vrais sportifs du dimanche. Et puis, ça me faisait assez marrer de vous raconter notre préparation mentale, vestimentaire et physique, tout autant que nos appréhensions et notre excitation !

Par chance, ni Adrien, ni moi, n’en sommes à notre première ascension, on s’imagine à peu près à quoi s’attendre : La Pelée en Martinique, pour lui (1 397 m – 618 m de dénivelé), le Mont Sinaï en Égypte pour moi (2 285 m – 715 m de dénivelé). Avec un peu de recul, c’est une ascension que j’ai effectuée il y a quatre ans, complètement à l’arrache (des Chuck Taylor pour arpenter des chemins sinueux et caillouteux, nan mais t’aurais pu directement enfiler tes flip-flop de plage, neuneue…), sans préparation aucune, me battant avec l’irrésistible envie d’abandonner durant les trois heures de montée (hein, Marjo, tu te rappelles ?). Mais le jeu en vaut la chandelle : cette ascension restera l’un de mes meilleurs souvenirs d’Égypte, empli d’émotion et chargé en histoire. Ce qui me rassure, c’est qu’en quatre ans, je me suis délestée d’une bonne dizaine de kilos (j’avais la main très lourde sur le babaghanou et la tahina, mais diantre, que ces mets sont délicieux) et la marche n’est plus occasionnelle : elle fait partie de mon quotidien. Ouf, quelques bons points, c’est déjà ça. Allez, voici donc en substance nos préparatifs et entraînements d’amateurs !
 
marcher
 
Le Japon a changé nos habitudes : plus de voiture et des transports en commun onéreux. Par la force des choses, nos pieds sont devenus le moyen de transport certes le plus économique, mais surtout le plus agréable : nous nous sommes vraiment découvert une nouvelle passion. En plus, moi qui possède un sens de l’orientation pitoyable, j’ai l’impression que la marche m’a permis de développer un peu cette capacité. On va dire que c’est moins pire. En marchant, chaque lieu visité est appréhendé différemment, on prête mille fois plus attention aux rues empruntées, aux immeubles, on se créé des repères aisément (avec les nombreuses tours, notamment). Je ne sais plus qui disait "On ne connaît un pays que si on le parcourt à pied"…

Depuis presque neuf mois, le temps d’une gestation, nos weekends sont ainsi ponctués de marches à pied pour enfin pouvoir accoucher de la montée du Fuji : nous galopons, en moyenne, entre 20 et 25 kilomètres répartis entre le samedi et le dimanche. Un chiffre assez variable, fonction du temps, de la forme etc. Sans compter les kilomètres que l’on fait en semaine ! OK, vous allez peut-être me dire que nos performances sont minables ! Même si ça peut vous paraître ridicule, marcher a changé notre vie, jusqu’ici trop sédentaire, notre manière d’envisager nos sorties également. Marcher est chronophage, c’est indéniable, mais on ne le fait pas pour la performance, juste pour le plaisir. Si nous décidons de bouger assez loin dans Tokyo mais dans un lieu potentiellement accessible à pied, nous essayons de prendre les transports seulement au retour, par exemple. Ceci nous permet de rester dans cette dynamique "un pied devant l’autre, un kilomètre après l’autre". Samedi dernier, 17 kilomètres au compteur et une bonne dizaine le dimanche, tandis que ce weekend, nous nous rendons au (petit) Mont Takao, situé à une heure en JR de Tokyo, afin de nous entraîner rapidement à la montée, qui implique un effort très différent de celui fourni quand on marche sur "du plat" : notre ultime préparation quoi ! Après ça, nous serons fin prêts !
 
équipement

Fujisan
Les chaussures :
Cette fois-ci, les Converse sont remballées et nous avons I.N.V.E.S.T.I chacun dans une vraie paire de chaussures de marche légères dont le niveau de confort s’apparente à celui d’une paire de charentaises de papi. Nous les avons testées la semaine dernière : inutile de préciser que c’est juste trop appréciable d’avoir le sentiment de poser ses petons sur des nuages.

La veste :
Ensuite, ma maman a été missionnée pour nous trouver deux parkas (Arpenaz 300) chez Décat’. (encore merci à toi !) Après avoir fait le tour de tous les magasins spécialisés dans les articles de randonnée à Tokyo (qui coûtent juste une méga blinde), nous en sommes arrivés à la conclusion que rien ne vaudra jamais Quechua. En haut du sommet peut-être encore enneigé, n’oublions pas que les températures varient de 0 à -10°C et contrairement au Mont Sinaï, je ne suis pas persuadée qu’on puisse louer des couvertures épaisses en poils de yak (et qui puent le bouc).

Le reste :
Nous prévoyons d’emporter notre veste à capuche moumoutée de chez Uniqlo, achetée cet hiver, que nous revêtirons une fois arrivés au sommet. Pas de pantalon, mais un legging et un short qui permettent une amplitude remarquable. Des chaussettes de randonnée molletonnées Montbell, pour être au top du confort. Enfin, difficile également de se passer de gants pour les passages les plus périlleux où il faut s’aider de ses mains (ceux d’Adrien ont un Fuji d’imprimé sur le majeur, trop kawaii !) et de lampes frontales, pour voir où nous mettons les petons. De vrais aventuriers, je vous dis !
 
Fujisan

alimentation
 
La semaine prochaine, exit les fast food et le pinard, bonjour les pâtes et l’eau fraîche. Nous prévoyons un petit stock de provisions pour le jour J : barres et boissons énergétiques, principalement. Après l’effort, le réconfort. Telle une récompense, une briquette de saké pour le lever du soleil ^^ Parce que ce n’est pas le tout, il faut recharger les batteries avant la descente, souvent bien plus physique et éreintante que la montée.
 
taquet
 
Quand on sait que des milliers de personnes âgées gravissent le Fuji sans éprouver de difficulté, comme dire : ça te fout une petite claque. Il nous faut à présent faire preuve d’un peu de patience puisque l’ascension est prévue pour le 5 juillet au soir : la seule chose que puisse ajouter, pour terminer cet article, c’est qu’on a vraiment hâte d’y être, mais je crois que vous l’aurez compris ah ah ! Peut-être que cette ascension sera la première d’une longue série ?! Avez-vous déjà effectué cette ascension (ou une autre, évidemment) ?

Je vous souhaite une très bonne journée et vous dis à bientôt !
 

Rendez-vous sur Hellocoton !


<< Article précédent
Article suivant >>


39 réponses à “L’ascension du Fujisan : nos préparatifs !”

  1. Ouah, je viens de découvrir ton blog seulement maintenant et je suis fan !
    J’ai fait l’ascension du Mont Kenya l’année dernière avec 3 amies et j’en garde un souvenir magique. Expérience inoubliable !
    En tout cas, vos aventures font rêver et bravo pour ta façon de dire les choses.
    Bonne continuation !
    Marianne

    • Ça ne m’étonne pas, ce sont des expériences qui marquent et deviennent de supers souvenirs !

  2. julia

    J’ai honte, je n’ai pas vu ton blog depuis au moins 8 articles….
    J’étais pas mal occupée; et là qu’est ce que je vois ? On est le au soir !!! Et tu es au Mont Fuji en train de faire de la grimpette !!!! TROOOOOP BIEN !!!
    C’est pour ça que j’ai pas eu de news : OUF !
    Profite bien ma belle et raconte nous ça vite !

    • J’ai envie de te dire que c’est pas bien grave ma Julia !
      J’espère que tu vas bien, je t’embrasse fort !!

  3. Fanny

    Olalala… Quelle chance ! Quand nous sommes venus au Japon, nous n’avions pas eu le temps, ne serait-ce que d’aller le voir.
    Et quelle préparation, avec tout ça, vous allez carburer ! ;)

    • Aaaaaah vous étiez venus quand Fanny ?!
      Hum, j’espère que ça va le faire !!

  4. Super article !Je suis ravie de voir qu’il y a de l’espoir, que tout arrive un jour avec de la persevérence :)

    • Héhé tu as vu ça ! Bon, on risque tout de même d’en chier méchamment ahah !

  5. Wouah, quelle aventure à venir !
    Je suis certaine que cette ascension va bellement se réaliser, étant donné la chouette préparation que tu nous évoques. Je suis admirative…
    Tu vas nous rapporter des souvenirs incroyables, j’ai hâte d’en savoir plus, de connaître tes impressions.
    (Et bravo, avec ce matériel, vous allez vous transformer en héros-musclés, c’est sûr ! ;) )

    • C’est surtout que vu notre niveau de sportivité… c’est un très très grand événement huhu.
      Mais c’est bien d’avoir investi dans du matériel, ça donne envie de nous y mettre bien plus encore ! Bises

  6. Stéphanie K

    Oh ça doit être super, une expérience unique à vivre :)

    • C’est un peu une ascension "pour les petits" le Fuji, mais ça va être une bonne première expérience de ce type !

  7. Super cette expédition!! Je t’aurais bien accompagnée!!
    Je me rappelle d’avoir été avec mon Père au Piton de La Fournaise (je n’avais alors que 10ans), pour voir un cratère en éruption, et j’ai encore de superbes souvenirs!! Bien sûr, ce fut un peu dur et j’ai eu froid qd la nuit est tombée, mais c’était superbe!
    Alors, vous allez vous régaler, d’une part pour le site mais surtout pour le dépassement de soi! Et puis, tu marches quand bcp et tu as bien raison!
    Donc hâte de voir ça!!
    ♥♥♥

    • Le Piton de la Fournaise : ça fait carrément envie !

  8. Claire

    Que de souvenirs! Mon mari m’a demandée en mariage au sommet du Fuji!
    Nous on l’a fait à l’arrache, je ne tenais pas à cette montée mais mon homme insistait. Donc on est monté en Converse!! Et la descente s’est fait quasiment en courant pour ne pas rater le dernier bus! On a fait l’aller retour dans la journée, artivée à 10h et car du retour à 18h… Le stress… Du sport du vrai! Mon mari a souffert du mal de l’altitude, moi ça allait..
    Profite bien en tout cas!!

    • Grande classe la demande en mariage en haut du Fujisan !
      Faisable en Converse alors ?!!! (arrête, tu vas me faire regretter l’achat des chaussures de marche !)
      Merci de ton retour, c’est sympa comme tout.

  9. Bravo ma belle, cela va être une grande et belle aventure
    Entrainement de pro
    Bravo
    Gros bisous

    • Entraînement d’amateurs, mais ça nous fait bien marrer ! :-)

  10. roo tu as du courage, j’ose meme pas faire le GR20 lol alors un sommet mdr..
    mais franchement chapeau, pour des non sportifs je me prosterne!
    Bisous

    • En même temps, c’est déjà balaise le GR20 de ce que j’ai pu voir !!

  11. Je te conseil les reportages « Japon qui es tu? » sur youtube, où le reporter filme et raconte son ascension !

    • Merci du conseil, je vais aller y jeter un oeil.
      Je suis tombée sur ce site par hasard l’autre jour, 2 fois à la suite en partant de la BASE (non parce que sinon, c’est vraiment pas drôle), no problem ! (bon OK, on ne joue pas dans la même cour…)

  12. te voilà bien préparee! je t’envie, j’adorerais me faire un trip comme ca!

  13. Daolin

    Un bon article qui me rappelle de sacres souvenirs ! ^^
    Vous m’avez l’air bien prepare… ‘yapuka’, comme on dit !

    Je ne sais pas de quelle station vous partez mais une partie de l’ascencion etait tres penible : une espece de pierrier ou tu recules a chaque fois que tu avances… assez frustrant et deux fois plus crevant !
    Mais surtout, preparez vous psychologiquement. Les japonais qui font cette ascencion le font souvent en groupe et le guide impose un rythme particulier, extremement lent avec beaucoup d’arrets. J’ai fait beaucoup de montagne et je n’avais jamais vu ca ! Resultat, beaucoup s’arretent et sortent les bouteilles d’oxygene. Il est parfois assez difficile de les doubler et tu te retrouves coincer a un rythme dramatiquement bas. Attention, je n’ai pas fait l’ascencion en courant et j’avais une tres tres petite forme physique ! C’est dire a quel point c’etait terrible parfois.

    A part ca (et encore, je n’ai peut etre juste pas eu de bol ?!), c’est le plus beau souvenir que j’ai…
    Enjoy ! :)

    • Apparemment, entre mi Juillet et jusque Obun, c’est blindé :/
      Merci de ton retour, j’espère que ce ne sera pas la foire comme ça ! (non parce que se traîner, c’est quand même affreux…) – les bouteilles d’oxygène ? Pourtant l’altitude est tout de même « limitée »… (c’est pas l’Everest quoi)

      • Daolin

        Je l’avais egalement fait en juillet :D
        Et oui oui, bouteille d’oxygene… et ce n’etait pas un cas isole, je pense pouvoir dire que j’en avais vu une bonne dizaine ! Des minis bouteilles, taille bouteille d’eau de 50cl avec un petit masque… comme tu dis ce n’est pas l’Everest ^^
        J’ai hate de voir la suite de votre aventure :)
        Bonne ascension !

        • Certains pensent qu’il vaut mieux anticiper ! Bon après je n’y connais rien c’est sûr, peut-être que le manque d’oxygène se faire vraiment ressentir ?

          • Daolin

            Vu sa hauteur, oui, c’est possible de ‘manquer d’oxygene’ et de ressentir le mal des montagnes…
            Mais de tous ceux que je connais (sortifs ou pas du tout), personne n’en a souffert !
            Je ne me fais donc pas trop de soucis pour vous, tout devrait tres bien se passer :D

          • Je te redirai ça :-) Merci de ton retour encore une fois !

  14. Je t’envie vraiment de pouvoir y aller!

  15. Salut bichette!!!
    Waouw, admiration totale!! Comme tu le sais, je suis une vraie feignasse, donc si y a pas de téléphérique, en général, je laisse tomber. Mais je reconnais volontiers qu’une fois en haut, la vue et la sensation doivent valoir la chandelle! :)
    Et puis le Mont Fuji, mythique… !!! J’ai hâte que tu nous racontes ça!!
    Bécots!
    Célestine

    • Ahah non je ne connaissais pas cette facette de ta personnalité ! Les téléphériques sont quand même bien pratiques, faut bien avouer ;-)
      Sans rapport, j’ai fini la Déesse des petites victoires hier soir : convaincue, charmée, j’ai lu les dernières pages en chialant. Merci encore une fois des tes conseils livresques !! Bécot

  16. hahahaha vous êtes super bien organisés dis donc!
    déjà que moi 5km en ville, j’suis fatiguée, j’imagine même pas 25km xD mais sinon je n’ai fait aucune ascension, ça me fait un peu peur xD

    En tout cas j’ai hâte de lire ton ascension!

    • Mon chéri est un pro de l’organisation, j’essaie de prendre exemple sur lui !
      J’espère que ça suffira à pas me faire clamser au beau milieu du chemin (je suis vite essoufflée… tout ça, petite chochotte quoi). Bises !

  17. J’ai hâte que tu nous racontes cette étape !!
    Bises
    Coline

    • Et moi j’ai hâte de pouvoir vous le raconter ! Ça voudra dire que j’ai réussi ah ah !

  18. kenette

    Waouw, ça fait super envie dis donc….J’ai hâte de voir les photos .
    J’ai déjà fait l’ascension du Mont Batur à Bali et la Pelée ( d’ailleurs je pense que je vais la refaire cette année car je l’ai fait petite )
    Je rêve aussi du Fujisan , un jour peut -etre.
    P.S: J’adore les gants !

    • Et est-ce que tu as trouvé ces ascensions difficiles ?!
      Le Mont Batur ne doit pas être dégueulasse dans son genre, as-tu assisté au lever / coucher du soleil ?
      Je suis assez fan des gants, il fallait y penser, à claquer un petit sommet enneigé sur la phalange ;-) !

Laisser un commentaire