JAPON, le 5 décembre 2013 | 14 commentaires

Le marché aux poissons de Tsukiji & Jagalchi

Tokyo
 
Pourquoi on aimons-nous tous les marchés ? Sans doute parce que ce sont des endroits qui regorgent de vie, de grosses voix, de travailleurs à la peau burinée et aux sourires curieux. Dès que je vais au marché aux poissons, je pense à mon papa, pêcheur inconditionnel qui nous a fait ingurgiter des quantités industrielles de bar ! Le hasard fait bien les choses, puisque c’est d’ailleurs avec lui et ma maman que j’ai pu découvrir pour la première fois Tsukiji, le fameux marché aux poissons de Tokyo, connu pour sa controversée vente aux enchères de thon rouge (je n’y jamais assisté, je ne pourrai pas vous en parler) et sans doute voué à déménager dans les années à venir vers Toyosu, notamment à cause de sa vétusté, même si ça ne paraît pas simple.

Bref, Tsukiji est une véritable institution, un passage obligé pour tout voyageur débarquant dans la capitale nippone. Parce que oui, c’est à voir et puis il n’y a pas meilleur endroit pour manger du poisson fraîchement pêché sous forme de sushis ou de sashimis. Enfin, quand on un estomac bien préparé à ingurgiter ces mets tôt le matin…

Et puis, dans la même semaine, nous sommes retournés à Tsukiji et avons découvert Jagalchi, quelques centaines de kilomètres plus au nord, à Busan, en Corée : deux marchés aux poissons, deux pays différents, deux styles particuliers… Mais aussi attachants l’un que l’autre.
 
Tokyo
 
titre1
 
Dans les sombres couloirs du marché semi-circulaire de Tsukiji, ce sont des centaines d’hommes qui font tourner la boutique. Le lieu est en ébullition, ça grouille de partout, les petite voiturettes et scooters passent à fond la caisse, se faufiler entre les stands de poissons relève parfois du défi. Si vous vous y rendez alors que les températures sont douces et que vous pensez vous chausser de tongs : oubliez ! On est d’accord, c’est une question de bon sens, mais ce dernier semble parfois m’échapper. Ahaha…

Les gars sont là avant tout pour bosser, logique, et je ne suis pas persuadée qu’ils soient forcément ravis de voir débarquer autant de touristes (dont moi, évidemment) munis de leurs appareils photos et obstruant souvent le passage… juste là pour flâner et prendre quelques clichés. En ce moment, c’est la période la plus chargée de l’année et le marché semble ne pas être accessible aux touristes jusqu’à la mi-janvier.

Entre les étals de thon rouge, les écrevisses et le poulpe, on se retrouve parfois nez à nez avec d’étranges fruits de mer ou entrailles sortis de nulle-part, la diversité est telle qu’on se demande toujours "Eih da, c’est quoi ce truc chelou ?".

Tsukiji est une destination à part entière et pas seulement pour les produits de la mer. Les alentours du marché sont garnis de moult étalages vous permettant de faire votre plein de légumes, de vous ramener un beau couteau, un tablier ou un super sac en coton à l’effigie du marché. Se trouve aussi un joli petit magasin de vaisselle et d’ustensiles de cuisine où il est difficile de ne pas trouver son bonheur à petit prix ! J’achète tous mes petits pots là-bas. Après la visite de Tsukiji, ça peut être chouette de se diriger en direction de Ginza, pour un tout autre genre de dépaysement !
 
Tokyo

Tokyo

Tokyo

Tokyo

Tokyo

Tokyo

Tokyo

Tokyo

Tokyo

Tokyo

Tokyo

Tokyo

Tokyo

Busan
 
titre2
 
Changement de pays, changement de décor. Oubliez l’obscurité de Tsukiji, bienvenue dans le marché aux mille couleurs de Jagalchi, impression donnée en tous cas par les dizaines de parasols qui bordent les allées extérieures du marché tels des petits champis multicolores.

À Jagalchi, la vente du poisson semble être une affaire de femmes, on nommerait même les vendeuse "Jagalchi ajummas". Elles prennent du plaisir à se moquer du touriste en lui disant "Allez, regarde ça, tu veux pas goûter, t’es sûre ?!!" (ça me fait rire !). J’imagine, à les voir débarquer les énormes cargaisons de poissons fraîchement pêchés, que prendre la mer demeure une histoire de mâles. Difficile, niveau taille, même si c’est le plus grand marché aux poissons de Corée, de comparer Jagalchi à l’immense Tsukiji, mais j’ai tout de même été surprise par sa vaste étendue. Les étals extérieurs proposent, comme à Tokyo, poissons frais et poissons séchés en quantité (souvent disposés en pyramides), des fruits de mer (beaucoup de fruits de mer d’ailleurs) mais aussi des fruits et légumes, puis "beondegi" comme on en voit souvent en Corée.

Sur les toits des étals, un tas de cagettes et de poissons en train de sécher occupent la place, donnant un petit coté bordélique sympathique, tandis qu’à l’intérieur des bâtiments plus modernes, de grandes tables sont dressées pour y déjeuner. Reste plus qu’à choisir ce qui vous fait envie.

C’est assez drôle d’être à côté des bateaux qui reviennent tout juste de la pêche, puisque le marché est situé juste à côté du port. Du pêcheur au consommateur directement, il n’y a pas de doute là dessus !

Je vous laisse sur quelques photos de Jagalchi et vous souhaite une bonne semaine !
 
Busan

Busan

Busan

Busan

Busan

Busan

Busan

Busan

Busan

Busan

Busan

Busan

Busan

Rendez-vous sur Hellocoton !


<< Article précédent
Article suivant >>


14 réponses à “Le marché aux poissons de Tsukiji & Jagalchi”

  1. Waawww!C’est IMPRESSIONNANT!Tous ses différents poissons…C’est grand!J’adore les marchés aux poissons, quand j’étais à Dakar, c’était tous les vendredis et j’y étais toujours…Du bon poisson bien frais, miiiaaaammmm!
    http://www.les-folies-de-magalie.com/

    • Un vrai lieu de vie en plus ! Merci pour ton partage Magalie :-)

  2. Isa

    C’est effectivement mes visites préférées quand je voyage … j’aime surtout prendre le temps de m’y perdre , de goûter à la nourriture. Bref c’est toujours un enchantement et tes photos le sont également !

    • Je pense souvent à toi maintenant quand je vais sur les marchés, je sais que tu les aimes beaucoup aussi :-)

  3. un marché tellement grand
    et ces photos sont top
    on y voit de super produits frais
    gros gros bisous

  4. Fanny

    Nous avions fait le marché de Tokyo.
    J’avais adoré cette atmosphère si particulière. Un peu hostile aussi. Mais tout à fait compréhensible.
    Et bien entendu en tongs, pour ma part… Eh eh ! On ne se refait pas ;)

    • Merci Fanny, tu me fais me sentir un peu moins seule (^-^)

  5. Oh là là, c’est gigantesque, tu nous transportes ailleurs
    Gros bisous ma belle

  6. C’est génial!
    Ça y est je veux bouffer du poisson ;)
    Le marché de Jagalshi est sympa je trouve. Je ne connaissais pas du tout les larves de soie… Mais rien que le nom ça me fait peur

  7. AAAh… que de souvenirs ! tes photos sont belles et me font voyager dans ce merveilleux pays qui me manque tant. Merci pour ce partage <3 et pour la découverte du marché coréen (mais le japonais reste le meilleur n'est-ce pas ? hihihi)

  8. Il a raison ton Papa, c’est bon , le bar bien frais !
    Quel reportage intéressant tu nous offres… et oui, en effet, nous sommes toujours le touriste de quelqu’un, c’est assez amusant, quand on y réfléchit.
    Bien des bises & Belle semaine !

  9. Eve

    Tes photos sont magnifiques. J’adore les marchés, on découvre toujours des choses étonnantes surtout à l’étranger.
    Comme toi, je suis habituée aux poissons et à en manger tous les jours. Je suis de Biarritz, alors forcement ça aide…

    A Tokyo, je n’ai pas vu non plus la vente aux enchères de thons à Tsukiji parce qu’il faut se lever à 2 du matin. J’y suis allée vers 10 ou 11 heures mais il n’y avait plus grand chose à voir…
    Bon, j’ai quand même vu une tête de thon sur un étal énormissime! Rien à voir avec la pêche locale de St Jean de Luz!
    Merci de me faire rêver et de me rappeler des souvenirs de voyages :-)

  10. Super ! Génial ! J’adore :) Merci pour la visite.

    Bécos !

    Mathilda

Laisser un commentaire